Les lunettes
Accueil Remonter Les baillons Les cagoules Les compresses Divers Le STG Les lunettes

 

 

Les lunettes.

Pour plus d'informations sur les caractéristiques des lunettes, voir également notre article dans Militaria magazine (n°216, les appareils de protection français contre le chlore).

Les premières paires de lunettes destinées à protéger les yeux des combattants sont misent à la disposition des armées le 20 avril 1915, avant la première vague gazeuse allemande du 22 avril. Elles sont alors destinées à protéger les hommes qui utilisent les grenades suffocantes.

Les premières lunettes de protection contre les substances chimiques sont conçues et commandées avant l’attaque du 22 avril sur le saillant d’Ypres. Elles sont alors destinées à protéger les hommes utilisant les grenades françaises suffocantes, dont l’usage s’intensifie depuis le début de l’année 1915. Le 20 avril, 90 000 paires sont mises à la disposition des armées. Le modèle est alors en caoutchouc avec des oculaires en gélatine.

 

Le 9 mai 1915, après les premières attaques par vague de chlore, le Ministre de la Guerre décide de commander 100 000 paires de lunettes, en vue de protéger les hommes les plus exposés. Le 11 mai, on juge finalement le nombre nécessaire à 400 000. Mais à qui passer commande d’un nombre aussi important d’exemplaires. En France, aucune industrie n’est alors capable d’atteindre une telle production. Seuls deux fabricants peuvent alors réaliser le modèle (Houzelle et Hutchinson), chez qui seulement 50 000 paires sont commandées (à peine 3000 exemplaires sont fabriqués par jour). Seulement, toutes les armées réclament la livraison de protection pour les yeux et n'hésitent pas à passer commande auprès des mêmes fournisseurs que le Ministère, en surenchérissant pour obtenir les précieuses lunettes le plus rapidement possible. Toutes les industries et tous les commerces susceptibles de fournir n'importe quelle protection pour les yeux, vont être rapidement submergés de commandes. Dans cette frénésie de récupérer tout ce qui ressemble à des lunettes de protection, les stocks de lunettes d'automobilistes et de lunettes de viticulteurs vendus dans le commerce, sont épuisés en quelques jours. Malheureusement, elles ne sont pas du tout destinées à cet usage et se révèleront d’aucune efficacité. La situation ne va guerre évoluer jusqu'au mois de juin. Il faut cependant préciser que les recherches sur la protection contre les gaz de combat débutent à peine et que la protection des yeux est portée au deuxième plan par rapport à celle des voies respiratoires. Le chlore ne provoque d'ailleurs d’irritation oculaire qu'à de fortes concentrations. La situation ne deviendra réellement critique que par la suite, lors de l'apparition d'autres substances toxiques, fortement lacrymogènes, à partir de juillet 1915.

Le 11 mai 1915, après l'attaque sur le saillant d'Ypres, 400 000 nouveaux exemplaires sont à nouveau commandés. Mais leur livraison prendra plusieurs mois et dans cette attente, tout ce qui ressemble à des lunettes de protection sera mis en service. Voir : Chapitre IV :  Les lunettes de protection.                   

Dans de nombreux secteurs, on organise également la fabrication artisanale d'engins de protection. Voir : Chapitre III : Les solutions des formations de l'avant.  

 

 

 

Avis de Droit d'auteur : Toutes les photos et les matériels de site Web sont le Copyright 2003 exclusif de l’auteur  ou appartenant aux déposants respectifs avec leur autorisation et ne peuvent pas être reproduits, stockés dans un système de récupération, ou transmis entièrement ou partiellement, par n'importe quels moyens, électroniques ou mécaniques, la photocopie, l'enregistrement, ou autrement, sans la permission écrite antérieure de l'auteur.